Logo IMKO
La hausse des taux de crédit immobilier s’accélère

La hausse des taux de crédit immobilier s’accélère

En mai, ils s’élèvent à 1,25%, toutes durées et marchés (ancien et neuf) confondus, selon l’Observatoire Crédit logement/CSA. Un mois plus tôt, ils s’affichaient à 1,18%. Du jamais vu depuis plus de deux ans : Une hausse de 6,8% !

Entre la hausse des taux, l’impact du COVID-19 sur le budget de certains ménages et les prix des biens qui ne baissent pas, il est parfois difficile de songer à acquérir une maison ou un appatement pour le moment. Il est vrai qu’il faut attendre encore 2-3 mois avant que les nouveaux dossiers soient finalisés. C’est à ce moment-là que l’on saura si la crise a un impact à la baisse sur les prix. Par ailleurs, si la remontée des taux se confirme, on peut s’attendre à ce qu’à défaut de diminuer, les prix n’augmentent plus. Pour le top 10 des grandes villes, on constate ainsi un net ralentissement dans ce domaine: +1,3% depuis le début de l’année contre +21% sur 5 ans (soit +4% par an).

Les futurs acheteurs immobiliers doivent croiser les doigts. Car, du côté du crédit, même si les taux restent encore très bas, l’heure est plutôt à l’inquiétude même si les premiers barèmes reçus en juin sont orientés à la baisse jusqu’à 0,2%. Tout d’abord parce que les banques se montrent sélectives. « L’accès aux prêts immobiliers se détériore. La défiance du secteur bancaire sur la reprise économique engendre une approche sélective. Les primo-accédants en sont les premières victimes», déplore Jean-Marc Torrollion, président de la Fédération nationale de l’immobilier.